• Plan | Infos légales-Crédits | Espace privé
  • Ré-émergence du virus de la fièvre catarrhale en France

    ZIENTARA S. (1), VIAROUGE C. (1), FABLET A. (1), VITOUR D. (1), BELBIS G. (1), BREARD E. (1), BOURNEZ L. (2), SAILLEAU C. (1)

    (1) UPE, ANSES, ENVA, INRA, UMR 1161, Laboratoire de santé animale d’Alfort, France

    (2) ANSES, Unité de coordination et d’appui à la surveillance, Maisons-Alfort

    RESUME

    La France continentale a été déclarée indemne de la fièvre catarrhale ovine (FCO) le 12 décembre 2012 après plusieurs campagnes de vaccination soit six ans après l’introduction de cette maladie sur notre territoire. Près de 3 ans plus tard, en août 2015, le virus a fait sa réapparition dans le centre de la France (Allier). Un bélier présentant des signes cliniques évocateurs de la maladie a fait l’objet de prélèvements qui ont permis de diagnostiquer une infection par le virus de la FCO. Les différentes analyses réalisées sur le virus ont permis de montrer qu’il s’agissait d’une souche de sérotype 8 génétiquement très proche de celle qui avait circulé lors de l’épizootie majeure en Europe du nord dès 2006. Sur l’ensemble du cheptel, seul cet animal présentait des signes cliniques. Suite à l’identification de ce cas, des enquêtes ont été menées au niveau local dans un premier temps, puis au niveau national, afin de préciser l’étendue de la zone infectée par le virus. Nous présentons ici l’ensemble des outils moléculaire et sérologique utilisés lors de cet épisode ainsi que les résultats de la surveillance mise en place en 2015.

    Télécharger le fichier PDF (395.7 ko)

    Voir tous les textes de : Belbis G. | Bournez L. | Bréard E. | Fablet A. | Sailleau C. | Viarouge C. | Vitour D. | Zientara S.

    Voir tous les textes dans les thèmes : Maladies vectorielles : risques pour l’animal et l’homme | Ruminants (général) | Santé animale

    Autres textes des

    3R2016 - Séance :

    Maladies vectorielles : risques pour l’animal et l’homme

    Plusieurs groupes génétiques d’Anaplasma phagocytophilum sont à l’origine de l’anaplasmose granulocytaire chez les animaux domestiques. 

    CHASTAGNER A., DUGAT T., VOURC’H G., VERHEYDEN H., LEGRAND L., BACHY V., CHABANNE L., JONCOUR G., MAILLARD R., HADDAD N., BOULOUIS H.-J., PLANTARD O., LEBLOND A., AND BAILLY X.

    Etude des tiques et maladies transmises en milieu insulaire méditerranéen ; l’exemple du cheptel bovin corse 

    GRECH-ANGELINI S., STACHURSKI F., MOUTAILLER S., BOISSIER J., VAYSSIER-TAUSSAT M., LANCELOT R., ALLIENNE J-F., DEVILLIERS E., MAESTRINI O., MARCO S., UILENBERG G.

    Affiche • Evaluation de l’infestation par la tique Rhipicephalus microplus chez les bovins en Nouvelle Calédonie 

    NAVES M., HUE T., CAMOIN M.

  • Secrétariat 3R - MNE - 149 rue de Bercy 75595 Paris cedex 12

    Tél : 06 46 77 02 41 - Courriel : 3R@idele.fr - Fax : 01 40 04 52 80

    © INRA-Institut de l'Elevage 2006-2017, tous droits réservés