Tous les textes des 3R

Reproduction

Bovins laitiers | Reproduction

Relation entre chronologie des échecs de gestation et anomalies de reprise de cyclicité postpartum chez la vache laitière.

D. Ledoux (1), J-L. Touzé (2), P. Laigre (3), C Richard (3), B. Grimard (1)

(1) UMR INRA-ENVA, Biologie du développement et Reproduction, ENVA, 7 avenue du Gal de Gaulle, 94704 Maisons-Alfort

(2) INRA Physiologie de la Reproduction et des Comportements, 37380 Nouzilly

(3) UCEA Bressonvilliers, 91030 Leudeville

INTRODUCTION

Le taux de réussite en première insémination (TRIA1) des vaches laitières de race Prim’Holstein continue de se dégrader en France. Il a diminué de 1 % par an entre 1995 et 2003 (Barbat et al., 2005). Si la sélection sur le potentiel laitier explique 50 % de cette dégradation (Boichard et al., 1998), les raisons de ce déclin sont multifactorielles : mauvaise expression et / ou détection des chaleurs, faible taux de fécondation, augmentation de la mortalité embryonnaire précoce et tardive.... L’augmentation de la fréquence des anomalies de reprise de cyclicité postpartum pourrait expliquer elle aussi une partie de l’effet observé (Royal et al., 2000). Le TRIA1, critère global de mesure de la fertilité, ne permet pas d’identifier la ou les périodes les plus à risque pour expliquer l’infertilité. En France, des études en ferme montrent que les échecs de gestation se situent majoritairement avant J 21 (Humblot, 2001) et restent important entre 21 et 45 jours de gestation. L’objectif de cette étude est de préciser l’effet des anomalies de reprise de cyclicité postpartum sur la chronologie des échecs de gestation chez la vache laitière Prim’Holstein.

Bovins laitiers | Reproduction

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière