Tous les textes des 3R

Santé

Bovins laitiers | Mammites | Santé animale

Epidémiologie descriptive des infections mammaires des vaches laitières en période sèche dans des troupeaux pratiquant le traitement sélectif au tarissement.

Ph. ROUSSEL (1), A. ROBERT (2, 3), B. POUTREL (4), N. BAREILLE (2), F. SERIEYS (5), M. LE GUENIC (6), H. BAUDET (7), H. SEEGERS (2), V. HEUCHEL &dagger (1)

(1) Institut de l’Elevage, 149 rue de Bercy, 75595 Paris Cedex 12

(2) UMR 708 ENVN-INRA Gestion de la Santé Animale, BP 40706, 44307 Nantes Cedex 03

(3) ARILAIT Recherches, 34 rue Saint Pétersbourg, 75382 Paris Cedex 08

(4) INRA, Station de la Pathologie de la Reproduction, 37380 Nouzilly

(5) Filière Blanche, 12 Quai Duguay Trouin, 35000 Rennes

(6) Chambres d’Agriculture de Bretagne, Technopôle Atalante-Champeaux, CS 14226, 35042 Rennes Cedex

(7) Contrôle Laitier Sarthe, C.L.A.S.E.L. 72, 126 rue de Beauge, 72018 Le Mans Cedex 2

RESUME

Le traitement antibiotique au tarissement des vaches laitières est un des fondements des programmes de maîtrise des infections mammaires en France depuis plus de 25 ans. Aujourd’hui l’emploi systématique d’antibiotiques à des fins préventives peut être remis en cause. Dans ce contexte, l’objectif de cette étude était, de préciser les connaissances sur l’épidémiologie des infections intramammaires observées pendant la période de tarissement dans des élevages pratiquant le traitement sélectif au tarissement. 28 élevages ont été suivis entre mai 2003 et septembre 2004. Le fait de ne pas traiter ou de traiter au tarissement, ainsi que l’antibiotique utilisé pour le traitement au tarissement a été laissé au libre choix de chaque éleveur. Le traitement antibiotique au tarissement a été appliqué sur 220 vaches (34,4%). Globalement, l’incidence des nouvelles infections pendant la période de tarissement était de19,9%, 17,2% dans le groupe des quartiers traités et 21,2% chez les non traités. Le taux de guérison observé était de 68,9 %, 74,7% chez les traités et 64,3% dans l’autre groupe.

Au final, le traitement sélectif au tarissement réalisé à l’initiative des éleveurs s’est soldé par une diminution sensible de la prévalence d’infections des quartiers du tarissement de 33% à 24% au vêlage, alors que le nombre des traitements antibiotiques administrés a été réduit des deux tiers par rapport à une stratégie de traitement systématique. Rationaliser les critères de choix des animaux à traiter et renforcer la prévention hygiénique devrait permettre d’améliorer cette performance.

Bovins laitiers | Mammites | Santé animale

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière