Tous les textes des 3R

Environnement

Alimentation | Bovins laitiers | Environnement | Pollution

Influence du niveau de production laitière et du système d’alimentation sur les rejets azotés du troupeau

DELABY L., PEYRAUD J.L., VERITE R.

INRA, Station de Recherches sur la Vache laitière, 35590 Saint-Gilles

RESUME

Dans certaines régions, l’activité d’élevage est souvent présentée comme le principal responsable des pollutions par les nitrates d’origine agricole. La maîtrise des rejets azotés et leur valorisation devient de fait une préoccupation importante, même pour les élevages laitiers. Les simulations réalisées à l’aide du logiciel INRAtion ont permis de quantifier les rejets azotés (fèces et urine) des vaches laitières et d’analyser l’effet des principaux facteurs de variations. L’augmentation du potentiel des animaux entraîne un accroissement inévitable des restitutions azotées par vache mais une réduction des quantités d’N excrétées par tonne de lait produite. Tout excès d’azote par rapport aux besoins de l’animal, qu’il soit d’origine fourragère (herbe fertilisée, au pâturage ou en ensilage) ou issu de la complémentation (utilisation libérale de concentré, % en MAT inadaptée), se traduit par une augmentation importante de l’excrétion d’azote urinaire. Les quantités d’N exportées dans les fèces varient très peu, essentiellement avec le niveau d’ingestion. Des solutions alimentaires existent pour limiter et réduire dans certains cas les rejets azotés mais certaines ne peuvent se raisonner sans intégrer la surface fourragère, base de l’alimentation des ruminants et de la valorisation des déjections animales.

Alimentation | Bovins laitiers | Environnement | Pollution

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière