Tous les textes des 3R

Reproduction

Alimentation | Bovins laitiers | Reproduction

Répercussions d’une sous-alimentation énergétique des vaches laitières sur la reprise de l’activité sexuelle post-partum et le taux de gestation

MARIE M. (1), PARRASSIN P.R. (2), TROMMENSCHLAGER J.M. (2), BAZARD C. (2), HUMBLOT P. (3)

(1) ENSAIA-INRA, Sciences Animales, B.P. 172, 54505 Vandœuvre-lès-Nancy

(2) SAD-INRA, Domaine du Joly, B.P. 35, 88501 Mirecourt

(3) UNCEIA, Services techniques, 13 rue Jouet, 94703 Maisons-Alfort

avec la collaboration de M. GROSSE (2), N. JEANGUYOT (3)

RESUME

Soixante-quatre vaches de race Montbéliarde (n=32) et Holstein (n=32) ont reçu en fin de gestation et en début de lactation une alimentation sous forme de ration complète à base de foin de prairie et de regain, et d’orge. Les interactions entre deux niveaux d’apports énergétiques (0,81 et 0’91 UFL/kg MS) et deux niveaux d’apports azotés (95 et 110 g PDI/kg MS) ont été recherchées dans un schéma expérimental en continu. La sous-alimentation énergique a conduit à une diminution de la production laitière plus marquée chez les femelles Montbéliarde, et à une aggravation du bilan énergétique et de la perte de poids plus importante chez les femelles Holstein. Les régimes faibles en énergie ont provoqué, chez les femelles Holstein, un retard de l’apparition de la première ovulation (22,2 vs 13,9 j) et des premières chaleurs (44,2 vs 29,9 j) après le vêlage. Aucun effet du niveau d’apport azoté n’a été observé. Les taux de gestation mesurés 21 ou 49 jours après une insémination sur œstrus induit n’ont pas été influencés par le régime.

Alimentation | Bovins laitiers | Reproduction

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière