Tous les textes des 3R

Santé - Sécurité des aliments

Bovins à viande | Bovins laitiers | Santé animale

Intérêt de l’épidémiologie moléculaire dans l’identification de facteurs de risque de tuberculose bovine

HUMBLET M.-F. (1), GILBERT M. (2,3), WALRAVENS K. (4), GOVAERTS M. (4), FAUVILLE-DUFAUX M. (5), SAEGERMAN C. (1)

(1) UREAR, Département des maladies infectieuses et parasitaires, Faculté de Médecine Vétérinaire, Université de Liège, B42, Boulevard de Colonster 20, B-4000 Liège, Belgique

(2) LUBIES, Université Libre de Bruxelles, avenue F.D. Roosevelt 50, B-1050 Brussels, Belgique

(3) FNRS, rue d’Egmont 5, B-1000 Bruxelles, Belgique

(4) CERVA, Département de bactériologie, 99 Groeselenberg, B-1180 Bruxelles, Belgique

(5) Division Mycobactériologie, Département des maladies infectieuses et transmissibles, ISP, SPF, Santé, Sécurité de la Chaîne Alimentaire et Environnement, rue Juliette Wytsman 14, B-1050 Bruxelles

INTRODUCTION

Bien que la Belgique soit officiellement indemne de tuberculose bovine (bTB) depuis 2003, 5 à 10 foyers sont notifiés chaque année (Fig. 1). De nombreux facteurs de risque de bTB ont été identifiés dans le monde entier, mais aucune étude n’a jamais été menée en Belgique à ce sujet. Avant d’assouplir les mesures de surveillance, il semblait indispensable d’effectuer une telle approche afin d’adapter et d’éventuellement réorienter le plan de surveillance. Cette étude avait pour objectif l’’analyse de la dynamique spatio-temporelle de la bTB en Belgique et l’identification d’éventuels facteurs de risque de la maladie.

Bovins à viande | Bovins laitiers | Santé animale

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière