Tous les textes des 3R

Génomique

Bovins à viande | Bovins laitiers | Génétique | Génomique | Reproduction

Utilisation de la Génomique pour l’étude de la phase d’élongation de l’embryon bovin.

S. DEGRELLE (1), I. HUE (1), K. PIOT (2), F. PIUMI (3), C. RICHARD (4), X. VIGNON (1) et JP. RENARD (1)

(1) INRA, UMR Biologie du Développement et Reproduction (BDR), 78350 Jouy-en-Josas

(2) INRA, Unité Mathématique, Informatique et Génome (MIG), 78350 Jouy-en-Josas

(3) INRA, Centre Ressources Biologiques (CRB), 78350 Jouy-en-Josas

(4) INRA, Unité Commune d’Expérimentation Animale de Bressonvilliers, 91630 Leudeville

RESUME

Chez les bovins, plus de 30 % des pertes embryonnaires observées après insémination artificielle, semblent avoir une origine précoce, liée à la croissance exponentielle du trophoblaste. Durant cette phase d’élongation qui se produit entre le 13ème et le 19ème jour de gestation, se mettent en place entre l’embryon et l’utérus, des interactions physiologiques indispensables pour le maintien de la gestation. Nos travaux en cours portent sur l’identification de transcrits impliqués dans la croissance de l’embryon avant l’implantation. Dans le cadre de cette étude, nous avons utilisé un réseau sur filtre de nylon, comprenant 1920 inserts ordonnés provenant d’une banque d’ADNc établie à partir d’embryons bovins en début d’élongation (14ème jour), pour comparer les profils d’expression de trophoblastes provenant d’embryons de taille croissante : ovoïde (10-18mm), tubulaire (50-60mm) et filamenteux (140-160mm). Une première analyse statistique fait apparaître des gènes jusqu’alors inconnus dont l’expression est différentielle entre ces stades.

Bovins à viande | Bovins laitiers | Génétique | Génomique | Reproduction

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière