Tous les textes des 3R

Génétique

Caractérisation de l’aptitude à coagulation du lait des vaches Salers et identification d’un variant rare de la caséine kappa

BIANCHI L. (1, 2), MARTIN B. (3, 4), VEDRINE A. (4,3), LEROUX C. (3, 4), HAUDEBOURG E. (1, 2), FERLAY A. (3, 4), AGABRIEL J. (3, 4), CIRIE C. (5), MIRANDA G. (1, 2), MARTIN P. (1, 2)

(1) INRA, UMR 1313 Génétique Animale et Biologie Intégrative, 78352 Jouy-en-Josas Cedex
(2) AgroParisTech, UMR 1313 Génétique Animale et Biologie Intégrative, Paris, France
(3)INRA, UMR 1213 Herbivores, 63122 Saint-Genès Champanelle
(4) Clermont Université, VetAgro Sup, UMR 1213 Herbivores BP 10448, 63000, Clermont-Ferrand
(5) INRA, UE1296 Monts d’Auvergne, 15190 Marcenat

INTRODUCTION

Les vaches de race Salers étaient systématiquement traites
jusque dans les années 60. Aujourd’hui, la traite des vaches
Salers ne concerne plus que 2 % des effectifs de la race mais
elle a un fort impact sur l’image de tous les produits régionaux
(Agabriel et al., 2014). La traite est dite "traditionnelle" ; elle
s’effectue en trois étapes (Tournadre et al., 2008) : une
première tétée par le veau induit l’éjection du lait (amorçage),
le veau est ensuite écarté pendant la traite mécanique, puis il
procède à la vidange de la mamelle (égouttage). L’avenir de
l’élevage laitier Salers est menacé en raison du faible potentiel
de production de la race et de la forte demande en main
d’oeuvre liée à la technique de traite (Guiadeur et al., 2011). Le
rameau laitier Salers a fait l’objet d’un volet d’étude dans un
programme PSDR Auvergne. Un des objectifs de ce travail a
consisté à caractériser l’aptitude du lait des vaches Salers à la
coagulation par la présure.

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière