Tous les textes des 3R

Génétique

Bovins à viande | Génétique | Génomique | Variabilité génétique

Incidence des caractéristiques zootechniques et génétiques des broutards sur les performances des jeunes bovins en engraissement

VALANCE S. (1), COUTARD J-P. (2), GUILLAUME A. (3), BASTIEN D. (4), LE PICHON D. (3)

(1) Chambre d’Agriculture - 21 Boulevard Réaumur – 85013 La Roche sur Yon
(2) Chambre d’Agriculture - Ferme expérimentale de Thorigné d’Anjou - la Garenne de la cheminée - 49220 Thorigné d’Anjou (4) Institut de l’Elevage – Monvoisin – BP 85225 – 35652 Le Rheu
(3) Pôle herbivores - Chambre d’Agriculture de Bretagne – Station expérimentale de Mauron – 56430 Mauron

RESUME

L’évolution des conduites et le progrès génétique permettent une amélioration croissante de la productivité des troupeaux. Une conséquence en élevage bovins viande, est l’augmentation depuis une trentaine d’années, des poids de carcasse des jeunes bovins à même âge. Les liens entre les performances zootechniques des broutards, leur indexation IBOVAL et les performances permises ensuite en engraissement restent à préciser pour fournir aux éleveurs des références leur permettant d’optimiser leur conduite et d’améliorer la rentabilité de leur production de viande. Deux études ont été réalisées : la première est basée sur la valorisation de données d’essais sur 1 628 jeunes bovins engraissés dans les fermes expérimentales des Etablières (85) et de Mauron (56) ; la deuxième repose sur l’analyse d’une base de données de 19 786 jeunes bovins de 14 à 24 mois issus d’élevages en contrôle de performance officiel VA4 de la région Pays de la Loire. La population de chaque étude a été divisée en 3 classes pour chaque facteur étudié afin de permettre une comparaison des moyennes des performances obtenues selon le niveau de potentiel du broutard. Cette analyse montre que les acquis avant sevrage sont pour l’essentiel conservés en engraissement voire pour certains améliorés. Les croissances avant sevrage n’ont pas d’impact significatif sur les croissances en engraissement ; il en est de même pour l’index ALait des mères. Le CRsev et le DSsev sur ascendance ont par contre un effet plus marqué sur ces croissances. Une étude plus complète intégrant les consommations individuelles des jeunes bovins serait nécessaire pour analyser leur efficacité alimentaire et réaliser une approche économique.

Bovins à viande | Génétique | Génomique | Variabilité génétique

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière