Tous les textes des 3R

Santé

Qualité viande | Ruminants (général) | Santé animale

Contrôle des résidus d’antibiotiques dans le muscle en France - Contribution des

ROUDAUT B. (1), FOURNET I. (2), PESSEL D. (1), SANDERS P. (1)

(1) ANSES, Laboratoire de Fougères, Bioagropolis, 35306 FOUGERES Cedex, France

(2) Direction générale de l’alimentation (DGAl), Bureau des intrants et de la santé publique en élevage, Paris, France

INTRODUCTION

L’exposition des consommateurs de produits animaux aux
résidus d’antibiotiques est d’un intérêt croissant. Pour
protéger la santé humaine, l’Union Européenne a établi des
limites maximales de résidus (LMR) pour les résidus
d’antibiotiques dans les tissus animaux (Règlement (UE) n°
37/2010 de la commission) entrant dans la chaîne alimentaire
humaine. La surveillance des résidus de médicaments
vétérinaires est régie par des plans nationaux de contrôle des
résidus (Directive du Conseil 96/23/CE) et organisée en
France par la DGAl. Le contrôle à l’abattage par les
inspecteurs vétérinaires concerne principalement le contrôle
ciblé des substances autorisées. En plus des tests
microbiologiques utilisés pour la détection des antibiotiques
dans la viande, une partie du programme de contrôle est
actuellement assurée par une méthode multi-antibiotiques
utilisant la chromatographie liquide couplée à la
spectrométrie de masse (CL-SM/SM). Cette stratégie est
maintenant mise en oeuvre depuis 5 ans au niveau de 10
laboratoires officiels d’analyse. Un bilan des résultats (2011 à
2014) pour les filières bovine, ovine et caprine est présenté.

Qualité viande | Ruminants (général) | Santé animale

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière