Tous les textes des 3R

Environnement

Caprins | Environnement

Impact du chargement d’arrière-saison sur les teneurs en azote potentiellement lessivable en prairie : Références établies pour la race Blanc Bleue Belge dans le sud-est de la Belgique

HENNART S. (1), LAMBERT A. (1), STILMANT D. (1)

(1) Centre wallon de Recherches agronomiques (CRA-W). Département Agriculture et Milieu naturel. Unité Systèmes agraires, Territoire et Technologies de l’Information. Bâtiment Haute Belgique. Rue de Serpont, 100. B-6800 Libramont (Belgique)

INTRODUCTION

Les prairies, permanentes pour plus de 93 %, occupent une
place importante dans le paysage wallon où elles couvrent
49% de la SAU. Comme plusieurs auteurs le soulignent, des
problèmes peuvent survenir au sein de ces prairies pâturées
suite aux restitutions, localisées et donc hétérogènes (Cuttle
et al., 2001), des déjections par le bétail (Stout, 2003). Dès
lors, le chargement d’arrière-saison va accroitre de manière
significative les risques de perte d’azote par lixiviation (Stout,
2003). Ainsi, Simon et al. (1997) ont montré que le
chargement animal annuel, bien corrélé à la productivité des
prairies, permet de déduire un seuil, 550 UGB*jour*ha-1, audelà
duquel le risque de lixiviation de quantités importantes
de nitrate augmente rapidement. Qu’en est-il si seul le
chargement d’arrière-saison est considéré ? C’est ce qui fut
analysé suite à l’application d’un gradient de chargement
d’arrière-saison par des bovins de race à viande, durant cinq
années, dans un site expérimental situé en région jurassique,
au sud-est de la Belgique.

Caprins | Environnement

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière