Tous les textes des 3R

Nouveaux concepts pour l’alimentation, son pilotage et la composition de la ration

Alimentation | Bovins laitiers

Compter le nombre de coups de mâchoire entre deux déglutitions : un élément pertinent pour évaluer la fibrosité physique d’une ration pour vache laitière ?

GERARD C., N’DIAYE L., BURBAN H., GUYONVARCH A. (1)

(1) InVivo NSA, Talhouet, 56250 SAINT NOLFF

INTRODUCTION

Chez les ruminants, optimiser l’alimentation passe par la
maîtrise de la fibrosité de la ration : trop peu fibreuse, la ration
perturbe la rumination et peut induire une acidose ruminale,
et à l’inverse trop fibreuse, elle limite l’ingestion et la
production laitière. Cette notion de fibrosité est souvent
évaluée par les composantes chimiques de la ration (teneur
en NDF, en cellulose brute), par ses caractéristiques
physiques (taille moyenne de particules, % de particules
supérieures 2mm), ou par des critères combinant les deux
(notion de fibres « efficaces »).
Mais la fibrosité peut aussi être évaluée par une mesure
directe d’une réponse animale. Sauvant et al (2008) ont
montré que l’indice de mastication (IM, min de mastication/ kg
MSI) était un critère associant activité masticatoire, niveau
d’ingestion et leurs conséquences physiologiques et
zootechniques. Ce critère est cependant difficile à mesurer
précisément en élevage. Le comptage du nombre de coups
de mâchoires entre 2 déglutitions (note de rumination)
pourrait constituer une alternative plus applicable.

Alimentation | Bovins laitiers

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière