Tous les textes des 3R

Réduction des intrants chimiques en élevage

Antibiotiques | Bovins laitiers | Réduction des intrants chimiques en élevage | Santé animale

Associer conseil et formation innovante auprès des éleveurs pour réduire l’usage des antibiotiques en élevage bovin laitier

LE GUENIC M. (1), FRAPPAT B (2), POIZAT A. (3), ROUSSEL PH. (2), CORBEL S. (1), LEQUERTIER T. (3), VIGNEAU M.(1-2), NEAU M. (3), LECAIME M. (1-2), BAUDAIS S. (4), MANCIAUX L. (5), LEPERLIER I. (6), BOSQUET G. (7) , RICHARD C. (8), BAREILLE N. (3)

(1) Chambre régionale d’agriculture de Bretagne, Rue Maurice Le Lannou, CS 74223,35042 RENNES Cedex France

(2) Idele,149 rue de Bercy, 75595 PARIS cedex 12 France

(3) UMR BIOEPAR, INRA, Oniris, Université Bretagne Loire, 44307, Nantes, France

(4) Littoral Normand, 14 Rue Alexander Fleming, 14200 Hérouville-Saint-Clair

(5) Bretagne Conseil Elevage Ouest, 1, Rue Pierre et Marie Curie, CS 80 520,22195 PLERIN cedex

(6) GDS Bretagne, 13 rue du Sabot, BP28, 22440 PLOUFRAGAN

(7) SNGTV, 5 rue Moufle, 75011 Paris

(8) Terrena Santé animale, La Noelle 44150 ANCENIS

RESUME

Dans l’optique de renforcer l’efficacité du conseil, un accompagnement innovant couplant formation participative en salle, classes virtuelles et conseils personnalisés sur l’exploitation a été déployé dans le cadre du projet RedAB sur deux thématiques : la maîtrise des mammites cliniques et le passage du traitement antibiotique systématique à un traitement sélectif au tarissement. L’évolution des connaissances et des pratiques des éleveurs vis-à-vis de l’usage d’antibiotiques pour gérer les mammites a été évaluée par des enquêtes avant- après pour les groupes « exposés à l’accompagnement » versus groupes témoins. Les éleveurs exposés ont vu leurs connaissances progresser contrairement aux témoins.
Les éleveurs exposés du groupe « amélioration de la maîtrise des mammites cliniques » ont diminué leur utilisation des antibiotiques pour les mammites, que ce soit en lactation ou au tarissement. Une vache recevait, à la fin du projet, en moyenne, 3,1 jours de traitements antibiotiques par an pour soigner les mammites en lactation contre 4 au début du projet. Il n’y a pas eu d’évolution significative des pratiques préventives.
Les témoins du groupe « traitement sélectif au tarissement » ont plus testé ce traitement sélectif que le groupe des éleveurs exposés et ont eu une consommation d’antibiotiques moindre. Ceci pourrait être lié à leur niveau de connaissance initiale plus élevé sur le rôle des antibiotiques au tarissement. Après une phase de test, les éleveurs ont adopté cette pratique lorsqu’elle ne s’est pas accompagnée de nouvelles infections pendant la période sèche. L’adoption repose sur le triptyque suivant : connaissances précises sur le rôle des antibiotiques au tarissement, maîtrise de l’utilisation d’un obturateur, respect de seuils cellulaires bas pour trier les vaches. L’acquisition de l’ensemble de ces notions nécessite soit des connaissances préalables, soit un accompagnement rapproché et coordonné.
Le dispositif d’accompagnement associant l’apport de connaissances, les échanges entre éleveurs et une forme de conseil personnalisé, semble avoir été apprécié des éleveurs. Pour le déployer à grande échelle, en tirant parti des bénéfices des classes virtuelles, ce dispositif nécessite une évolution notamment de qualité de connexion internet dans les campagnes. Le temps nécessaire à ces évolutions techniques pourrait être mis à profit pour sensibiliser les éleveurs, leurs présenter des témoignages d’expériences réussies et pour caler des concertations entre intervenants de terrain.

Antibiotiques | Bovins laitiers | Réduction des intrants chimiques en élevage | Santé animale

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière