Tous les textes des 3R

Réduction des intrants chimiques en élevage

Bovins laitiers | Qualité lait | Réduction des intrants chimiques en élevage | Santé animale

Intérêt d’un dépistage sérologique ELISA sur le lait pour cibler les vaches laitières infestées par Fasciola hepatica susceptibles d’être traitées et optimiser l’utilisation des antiparasitaires

MANCIAUX L. (1), JATTIOT M. (1), LE NAOUR P. (2)

(1) BCEL Ouest, 1 rue Pierre et Marie Curie, CS 80520, 22190 PLERIN Cedex

(2) MyLab, ZAE de Pont Herbot - 29270 Carhaix

INTRODUCTION

La réduction des intrants médicamenteux, et notamment les traitements antiparasitaires, est une des préoccupations actuelles des filières de production animale. Le recours aux traitements anthelminthiques ciblés fait partie des actuelles recommandations de l’Agence Européenne des Médicaments (EMA 2017). Par ailleurs les molécules disponibles pour traiter la Grande Douve, Fasciola hepatica, chez la vache laitière en lactation ont vu récemment leur temps d’attente lait porté de 0 à 3,5 ou 4,5 jours selon les spécialités, ce qui rend une stratégie de traitement systématique difficile. Dans ce contexte discriminer en routine les troupeaux et les femelles infestées devient un enjeu essentiel pour les éleveurs et leurs conseillers. Au niveau des troupeaux laitiers une approche basée sur le dosage ELISA d’anticorps sur 2 laits de tanks durant l’hiver avec le kit Svanovir® F.hepatica-Ab (Biosellal) s’est révélé être la méthode de dépistage la plus simple et la plus sensible (Combrisson et al., 2016). L’objectif de ce travail est de tester l’intérêt d’une analyse individuelle sur les vaches laitières en production.

Bovins laitiers | Qualité lait | Réduction des intrants chimiques en élevage | Santé animale

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière