Tous les textes des 3R

Alimentation

Alimentation | Ovins à viande | Pâturage | Systèmes d’élevage

Conséquences d’une maximisation de la part du pâturage sur les performances techniques d’un troupeau ovin allaitant.

E. POTTIER (1), L. SAGOT (1), L.M. CAILLEAU (2)

(1) Institut de l’Élevage, Ferme Expérimentale du Mourier, 87800 Saint-Priest-Ligoure

(2) Chambre Régionale d’Agriculture du Limousin, Maison Régionale de l’Agriculture, Bd des Arcades 87060 Limoges

RESUME

L’agrandissement des exploitations lorsqu’il s’accompagne d’une désintensification du système peut être une opportunité pour réduire des coûts de production, sécuriser le système fourrager entre autres. Le maintien des performances zootechniques reste toutefois un préalable. Afin d’appréhender ces évolutions une étude a été initiée en 1994 sur la ferme expérimentale ovine du Mourier (Haute-Vienne). Il s’agissait notamment de préciser les modalités de la conduite des surfaces plus particulièrement du pâturage (pâturage hivernal, hauteur d’herbe offerte, affectation des parcelles...) qui assurent un maintien des performances zootechniques et une valorisation durable de la ressource fourragère. L’originalité du travail réalisé repose sur les pratiques de pâturage mises en œuvre, éloignées de celles habituellement conseillées et de l’évaluation de leurs conséquences par un suivi généralisé et régulier des disponibilités en herbe d’une part, d’indicateurs zootechniques comme l’état corporel des brebis d‘autre part. Un suivi sur 7 années a permis d’éprouver la résilience du système face à des scénarios climatiques très différents d’une année sur l’autre. Au final, cette étude conduit à revoir les règles de pilotage du pâturage des ovins viande.

Alimentation | Ovins à viande | Pâturage | Systèmes d’élevage

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière