Tous les textes des 3R

Qualité des aliments des ruminants

Alimentation | Fourrage | Ruminants (général)

Estimation de la teneur en parois végétales totales (NDF) des fourrages à partir de la spectrométrie dans le proche infra-rouge (SPIR).

D. ANDUEZA, M. JESTIN, F. PICARD, J. ANDRIEU, R. BAUMONT

INRA, Unité de Recherche sur les Herbivores, 63122 St-Genès-Champanelle

INTRODUCTION

La teneur en parois végétales est une caractéristique importante qui détermine pour partie la valeur alimentaire (digestibilité et ingestibilité) des fourrages. Pendant longtemps la fraction pariétale des fourrages a été caractérisée par la teneur en cellulose brute mesurée par la méthode de Weende. Actuellement la méthode la plus couramment utilisée est le fractionnement par la méthode de Van Soest. Ce fractionnement permet d’estimer le résidu NDF (neutral detergent fiber) qui correspond à la teneur en parois végétales totales. Ce critère largement répandu pour évaluer la fibrosité d’un fourrage n’était pas disponible jusqu’à présent dans les tables INRA de la valeur des fourrages (INRA, 1988). La spectrométrie dans le proche infra-rouge (SPIR) a été utilisée avec succès en plusieurs occasions pour prévoir la teneur en NDF des aliments. Cependant il n’y a pas beaucoup d’études qui ont testé sa fiabilité pour une large gamme de fourrages et quand l’application pratique d’une équation a été testée les résultats obtenus n’étaient pas très satisfaisants (Kjos, 1991). L’objectif de cette communication est d’établir une équation de calibration SPIR pour estimer la teneur en NDF de la gamme de fourrages verts présents dans les tables INRA et de tester sa robustesse.

Alimentation | Fourrage | Ruminants (général)

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière