Tous les textes des 3R

Alimentation

Alimentation | Bovins laitiers | Reproduction | Santé animale

Ration simple versus ration complexe : quels impacts sur les performances de production, de santé et de reproduction chez la vache laitière ?

ROUILLE B. (1), PREZELIN M. (2), ROINE D. (2), VAILLANT B. (2), CHANVALLON A (3), ROUSSEL P. (4), JURQUET J. (4), BRUN T. (5), LAMY JM. (2)

(1) Institut de l’Elevage, Monvoisin, 35652 Le Rheu Cedex – France

(2) Ferme expérimentale des Trinottières, 49140 Montreuil sur Loir – France

(3) Institut de l’Elevage, ONIRIS CS 40706, 44307 NANTES cedex 3 – France

(4) Institut de l’Elevage, 9, Rue André Brouard CS 70510, 49105 Angers cedex 02 – France

(5) Institut de l’Elevage, 149 Rue de Bercy, 75595 Paris Cedex 12 – France

RESUME

L’impact de différentes stratégies de rationnement des vaches laitières n’est pas toujours étudié sur d’autres critères que les performances laitières. Cet essai, mené sur trois années à la ferme expérimentale des Trinottières (CA49), a eu pour but d’évaluer les effets de l’utilisation de deux rations dites « simple » (SIM) ou « complexe » (COM) sur les performances de production, de reproduction et la santé de vaches laitières du vêlage à la 34e semaine de lactation. Les deux rations ont été prévues pour satisfaire les besoins des animaux en énergie, en protéines et en P et Ca. La ration simple était basée sur de l’ensilage de maïs complétée par du tourteau de colza, tandis que la ration complexe était basée sur de l’ensilage de maïs et d’enrubannage de luzerne complétés par un mélange de tourteaux de soja et de colza, de blé et d’une complémentation minérale et vitaminique. Les trois années d’essai ont permis de compiler les résultats de 172 lactations de 117 vaches laitières de race Prim’Holstein. Les résultats d’ingestion et de production montrent des performances statistiquement inférieures pour les vaches consommant la ration complexe. Ces baisses peuvent provenir d’un encombrement supérieur de la ration complexe et donc d’un apport énergétique quotidien moindre. Sur les résultats sanitaires, le lot COM a connu un nombre plus important de mammites et de métrites. Les autres troubles de santé n’étaient pas différents. Les troubles liés à la reproduction ne sont pas différents entre les deux traitements. Les résultats de reproduction ont été étudiés à deux niveaux : les données classiques de performance et le retour de cyclicité à travers des dosages de progestérone du lait. Les taux de réussite en première IA sont faibles et non différents statistiquement (36% en SIM versus 29% en COM). En complément, il a été constaté que plus de 90% des vaches avaient un retour de cyclicité avant 50 jours post-partum mais que seules 50% d’entre elles connaissaient ensuite des cycles d’une durée normale (17 à 26 jours), d’où des difficultés pour surveiller les chaleurs et inséminer dans de bonnes conditions. La prise en compte de ces performances permettra d’évaluer l’intérêt technico-économique de ces rations.

Alimentation | Bovins laitiers | Reproduction | Santé animale

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière