Tous les textes des 3R

Alimentation

Alimentation | Bovins laitiers

Etat des lieux de l’utilisation de la notion d’efficience alimentaire par la filière bovin lait

CHANTELOUBE A. (1), GICQUEL M. (1), LE CHENADEC H. (1), LEROY M. (1), FISCHER A. (1, 3, 4), MONTAGNE L. (1, 4) et JURQUET J. (2)

(1) Agrocampus-Ouest, 65 rue de Saint-Brieuc, 35 042 Rennes, France

(2) Institut de l’élevage, 9 rue André Brouard CS 70510 Angers cedex 02, France

(3) Institut de l’élevage, Monvoisin B.P. 85225, 35 652 Le Rheu, France

(4) INRA/Agrocampus-Ouest, UMR 1348 Pegase, Domaine de la Prise, 35590 St-Gilles, France

INTRODUCTION

En élevage bovins lait, l’alimentation du troupeau constitue en moyenne 25% du coût de production total. Pour gagner en compétitivité, un levier serait d’améliorer l’efficience alimentaire (EA) des vaches pour optimiser la transformation de la ration en produits. Une vache est plus efficiente qu’une autre si elle produit plus (lait, viande,…) avec autant voire moins de ration ingérée. Le problème majeur est que l’EA n’a pas de définition de référence et est par conséquent définie différemment par chaque utilisateur. Généralement, elle est calculée pour chaque vache soit comme le ratio entre les produits obtenus et les quantités ingérées, soit du point de vue économique comme rapport entre produit de l’atelier lait et coûts associés (Connor, 2015). L’approche Residual Feed Intake (RFI), couramment utilisée en recherche pour estimer l’EA, consiste à calculer la différence entre les quantités réellement ingérées et les quantités ingérées prédites par un modèle (Berry et Crowley, 2013). Ce travail, réalisé dans le cadre de l’UMT RIEL, fait un état des lieux de l’utilisation de la notion d’EA par les acteurs de la filière bovin lait.

Alimentation | Bovins laitiers

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière