Tous les textes des 3R

Alimentation

Alimentation | Ensilage | Ruminants (général)

Utilisation de la thermographie infrarouge pour visualiser les détériorations à l’air de l’ensilage de maïs et l’efficacité d’un agent microbiologique d’ensilage.

J. COLLOMBIER (1), E. DABURON (2), Y. GALLARD (2), B. BAILHACHE (3)

Pioneer Semences, chemin de l’Enseigure, 31840 Aussonne ; jean.collombier@pioneer.com

INRA, Domaine Expérimental Animal du Pin, 61310 Exmes Cedex

Infrarouge Recherches International, 1 place de la Bourse, 31000 Toulouse

INTRODUCTION

Les détériorations à l’air de l’ensilage de maïs, sur le front d’attaque et à l’auge, peuvent être des facteurs de dégradation de la qualité de la ration. L’altération de l’ensilage est l’œuvre essentiellement de levures et se manifeste par une augmentation de la température, corrélée aux pertes de matière sèche. La thermographie infrarouge (IR) permet de visualiser et de mesurer le rayonnement IR thermique lié à la température et à
l’émissivité d’un matériau. Il a été montré par ailleurs que l’inoculation du fourrage vert (à la récolte) par la souche
ATCC (American Type Culture Collection) 202118 de la bactérie hétérofermentaire Lactobacillus buchneri s’est révélée efficace pour accroître la stabilité à l’air de l’ensilage (Ruser et Kleinmans, 2001). L’objectif de cette étude est de compléter les méthodes d’évaluation de la stabilité à l’air de l’ensilage de maïs, différenciée expérimentalement par inoculation, à l’aide d’une nouvelle application de la thermographie IR.

Alimentation | Ensilage | Ruminants (général)

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière