Tous les textes des 3R

Alimentation

Alimentation | Ensilage | Ruminants (général)

Intérêt de la teneur en constituants cytoplasmiques et de la qualité des parois pour discriminer des hybrides de maïs, sur la base de leur valeur énergétique en plante entière.

J. COLLOMBIER (1), J. ANDRIEU (2), M. JESTIN (2), G. BOULCH (3), J.L. LAFFONT (3)

Pioneer Semences, chemin de l’Enseigure, 31840 Aussonne ; jean.collombier@pioneer.com

INRA, Unité de Recherches sur les Herbivores, Theix, 63122 Saint-Genès-Champanelle

Pioneer Génétique, chemin de I’Enseigure, 31840 Aussonne

INTRODUCTION

La valeur énergétique de l’ensilage de maïs plante entière exprimée en Unité Fourragère Lait (UFL), ou Viande (UFV), peut être considérée comme la somme de l’énergie fournie par les constituants cytoplasmiques (CC) et par la fraction digestible des parois. Les critères chimiques quantitatifs permettent d’évaluer la contribution énergétique de CC, dont la digestibilité réelle est voisine de 100 %. La contribution des parois est le produit de leur teneur par leur digestibilité in vivo. Pour prévoir cette dernière, l’INRA a proposé 2 critères formulés à partir de la digestibilité enzymatique de la plante entière : DINAG (digestibilité calculée de la partie non-amidon non-glucides
solubles) plus approprié à la sélection, et DEPAR (digestibilité calculée des parois totales) qui a une signification plus affirmée en nutrition des ruminants (Andrieu et Baumont, 2000). L’objectif de ce travail est d’évaluer l’intérêt nutritionnel (par l’utilisation de DEPAR) d’hybrides de maïs, notamment nouveaux, selon une représentation graphique qui prend en compte les contributions énergétiques de CC et de la fraction digestible des parois (système Bi-Energie).

Alimentation | Ensilage | Ruminants (général)

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière