Tous les textes des 3R

Qualité du lait

Bovins laitiers | Fourrage | Qualité des produits | Qualité lait | Qualité nutritionnelle

Variabilité de la teneur des laits en constituants d’intérêt nutritionnel selon la nature des fourrages consommés par les vaches laitières.

B.MARTIN (1), A. FERLAY (1), P. PRADEL (2), E. ROCK (3), P. GROLIER (3), D. DUPONT (4), D. GRUFFAT (1), J. M BESLE (1), N. BALLOT (5), Y. CHILLIARD (1), J. B. COULON (1)

(1) INRA Theix, Unité de Recherches sur les Herbivores, 63122 Saint-Genès-Champanelle

(2) INRA Marcenat, Domaine de la Borie, 15330 Marcenat

(3) INRA Theix, Unité Maladies Métaboliques et Micronutriments, 63122 Saint-Genès-Champanelle

(4) INRA Poligny, Station de Recherches en Technologie et Analyses laitières, 39800 Poligny

(5) Pôle Fromager AOC Massif Central, rue du Chateau Saint-Etienne, 15000 Aurillac

RESUME

Afin de tester la possibilité de faire varier la teneur des laits en micro nutriments par le biais de l’alimentation des troupeaux, un essai a été mis en place en conditions expérimentales. Six rations couvrant une large gamme de situations alimentaires (rations « riche en concentrés » (65 %), « ensilage de mais », « ensilage de ray-grass », « foin de ray-grass », « foin de prairie naturelle », et « herbe de prairie naturelle pâturée » ont été offertes pendant 6 semaines à des lots de 8 vaches laitières (4 de race Tarentaise et 4 de race Montbéliarde) en phase descendante de lactation. A l’issue de la période expérimentale, les teneurs des laits en calcium, en phosphore, en caroténoïdes, en vitamines A et E, en acides gras majeurs et mineurs (dont les isomères des C18 : 1 et des CLA (acide linoléique conjugué), ainsi que le potentiel antioxydant, ont été dosés sur des laits individuels. Les teneurs en polyphénols et en composés à activité antimicrobienne (lactoferrine, thiocyanate) ont été dosés sur les laits de mélange des différents lots. Les régimes « riche en concentré » ou « ensilage de mais » s’opposent aux régimes à base d’herbe, en particulier sous forme pâturée. Les rations riches en concentré et en ensilage de maïs induisent des laits plus riches en phosphore et moins riches en B Carotène, en vitamine E par rapport aux autres, et présentent un statut antioxydant inférieur à celui mesuré avec un régime à base d’herbe pâturée. L’herbe pâturée a également été à l’origine des laits les plus riches en acide oléique et en isomère cis9, trans11 du CLA (acide ruménique) par rapport aux rations riches en concentré ou à base d’ensilage de maïs. Toutefois, l’effet du pâturage semble variable selon le stade de l’herbe. Les premiers dosages de polyphénols, de lactoferrine et de thiocyanate semblent également révéler une variabilité selon la nature des fourrages distribués aux animaux.
Ces résultats montrent ainsi que l’alimentation des animaux peut être un levier d’action permettant de modifier substantiellement la teneur des laits en molécules présentant un intérêt pour la santé humaine.

Bovins laitiers | Fourrage | Qualité des produits | Qualité lait | Qualité nutritionnelle

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière