Tous les textes des 3R

Qualité des produits

Bovins laitiers | Qualité des produits | Qualité lait | Santé animale

Prévalence, origine, circulation et persistance des Escherichia coli producteurs de Shiga-toxines (STEC) dans les élevages bovins français.

S. RAYNAUD (1), C. VERNOZY-ROZAND (2), P. BOSCHER (6), P. PICANT (5), B. MATHIEU (4), C. DEGAND (7),

B. POUTREL (3), V. HEUCHEL† (1), Y-M. CHATELIN (1)

(1) Institut de l’Elevage, 149, rue de Bercy, 75595 PARIS CEDEX 12

(2) Ecole Nationale Vétérinaire, BP 83, 1, avenue Bourgelat, 69280 MARCY L’ETOILE

(3) INRA Tours Laboratoire de Pathologie Infectieuse et Immunologie (PII), 37380 NOUZILLY

(4) Syndicat Interprofessionnel du Reblochon, Maison du Reblochon, BP 55, 74230 THONES

(5) Groupement de Défense Sanitaire, 14, rue Alexander Flemming, BP 107, 14204 HEROUVILLE ST CLAIR CEDEX

(6) Groupement de Défense Sanitaire, 76-78 chemin des Maures, BP 138, 610004 ALENCON CEDEX

(7) Groupement de Défense Sanitaire, 2, espace de la Garenne de Melleville, BP 556, 27005 EVREUX CEDEX

RESUME

Parmi les souches d’Escherichia coli produisant des Shiga-toxines (STEC), certaines sont responsables de pathologies sévères chez l’homme. Les ruminants sont un des principaux réservoirs naturels de ces bactéries. Cette étude avait pour objectifs d’estimer la prévalence de l’excrétion fécale de STEC et de la présence de STEC dans le lait, identifier l’origine, les modes de circulation intra et inter élevage et la persistance des souches et d’évaluer la fréquence des STEC parmi les souches d’E.coli responsables de mammites. La prévalence du portage de STEC dans les fèces et dans le lait a été estimée par la présence du gène stx sur un échantillon de 151 troupeaux laitiers, recrutés par sondage aléatoire. Dans l’environnement de 13 troupeaux ayant présenté des fèces et/ou du lait positifs stx, des échantillons ont été prélevés à trois reprises sur une large gamme de substrats susceptibles d’être colonisés par les STEC. Les résultats obtenus dans les fèces des bovins des exploitations suivies permettent d’estimer que dans cette zone 92 % des élevages pourraient présenter au moins un bovin porteur fécal du gène stx. Deux exploitations seulement présentaient le sérotype O157:H7 dans les fèces des bovins. Le gène stx était présent dans le lait de 4,3 à 26,6 % des exploitations selon la série de prélèvement. Cette présence du gène stx est épisodique. Très peu de souches STEC ont été isolées dans le lait, traduisant sans doute le fait que les STEC y sont en quantité faible. Les souches STEC les plus fréquemment rencontrées en pathologie humaine semblent peu présentes dans les exploitations laitières françaises, et notamment dans le lait qu’elles produisent. La diversité et la persistance des STEC mises en évidence lors des études de cas rendent difficile la maîtrise des risques STEC dans les élevages bovins laitiers. La contamination fécale est vraisemblablement la voie majeure de contamination du lait car aucune des 123 souches E. coli étudiées, issues de mammites cliniques provenant de toute la France, n’était porteuse du gène stx. Les études de cas ne permettent pas de dégager de l’analyse des priorités vis-àvis des mesures préventives susceptibles d’être recommandées aux éleveurs. Cependant dans les exploitations dont l’environnement est contaminé, on peut recommander de mettre en oeuvre de manière systématique et rigoureuse des mesures classiques d’hygiène visant à limiter la dissémination des bactéries dans les étables, sur les mamelles et lors de la traite pour prévenir la contamination ponctuelle du lait.

Bovins laitiers | Qualité des produits | Qualité lait | Santé animale

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière